La rédaction et la gestion de schémas de médication est une tâche importante dans le cadre des soins pharmaceutiques. Ceci est non seulement ressenti par le corps pharmaceutique, mais aussi par d’autres dispensateurs de soins qui ont déjà fait part de leur intérêt !

 

Le partage du schéma de médication a notamment été choisi comme premier projet pilote de Vitalink, la nouvelle plateforme digitale du gouvernement flamand pour l’échange sécurisé de données de soins et de santé. Ce projet permet de partager digitalement un schéma de médication d’un patient avec d’autres prestataires de soins, tels que les médecins, les infirmiers, les aides-soignants et bien sûr le patient lui-même.

Qu’est-ce qu’un schéma de médication ?

Le schéma de médication, c’est l’ensemble des informations standardisées sur la médication active d’un patient, y compris l’identité du médicament, la posologie, l’indication, les instructions pertinentes pour l’usage et les renseignements supplémentaires éventuels.

 

En d’autres termes : le schéma de médication est une énumération des médicaments actifs du patient avec pour but de:

  1. Fournir au patient un aperçu des médicaments qu’il prend.
  2. Préciser l’utilisation de ces médicaments (dose, fréquence, durée).

Le schéma reprend non seulement les médicaments prescrits, mais aussi les médicaments non-prescrits et les suppléments alimentaires.

 

Les avantages

Le patient n’est pas toujours en mesure de prendre ses médicaments correctement, ce qui peut parfois mener à des hospitalisations. Chez les personnes âgées de plus de 65 ans—souvent des patients polymédiqués– l’incidence des hospitalisations dues aux médicaments est de 5 à 20%, ce qui est deux fois plus élevé que chez les personnes de moins de 65 ans. L’usage correcte des médicaments, surtout en cas de schémas de posologie complexes est donc difficile : certains médicaments doivent se prendre plusieurs fois par jour pendant les repas, d’autres seulement une fois par semaine, parfois le matin une demi-heure avant le petit-déjeuner et d’autres seulement un jour sur deux,… Ajoutons à cela que les patients reçoivent parfois différentes instructions dépendant des dispensateurs de soins ou de l’aide-soignant qui le conseillent…En plus, dans la notice, l’information est souvent complexe et ne correspond pas toujours à la prescription du médecin. Un schéma de médication peut donc faciliter la bonne prise des médicaments et constitue un outil d’aide essentiel pour le patient.

 

Le schéma de médication est une aide :
  • Pour la bonne prise des médicaments par le patient;
  • Pour améliorer l’observance, prévenir des problèmes liés aux médicaments tels que le sur- ou sous dosage, la double médication,…
  • Lors de la préparation de la médication, que ce soit chez le patient à domicile (par un infirmier ou la famille), ou dans la pharmacie. En effet, le schéma de médication est un élément fondamental pour la préparation de médication individuelle (PMI) en officine. Sans schéma de médication, pas de PMI !
  • Pour faciliter la communication entre les dispensateurs de soins;
  • A l’admission et à la sortie de l’hôpital. Le schéma de médication est la source d’informations idéale pour les dispensateurs de soins en deuxième ligne qui ont besoin d’un aperçu du traitement médicamenteux du patient. Lors de la sortie de l’hôpital, les modifications peuvent être apportées au schéma afin que le patient et son entourage sachent quelles modifications ont eu lieu par rapport à la situation avant l’hospitalisation.


Le rôle du pharmacien ?

En tant que pharmaciens, nous sommes particulièrement bien positionnés pour prendre en charge la création et la modification des schémas de médication : nous sommes les seuls dispensateurs de soins à avoir une vue sur l’ensemble des médicaments utilisés par le patient, que ce soit les médicaments prescrits ou les MNSP.

 

VOUS AUSSI !

Il est donc temps de prendre les choses en mains et d’implémenter le schéma de médication dans votre pratique quotidienne, avant que d’autres ne le fassent!

 

Documents pratiques