Comme annoncé précédemment les modalités de remboursement de Coruno  et Coravaton ont été modifiés au 1er août 2017.

 

Ces spécialités restent remboursables (chapitre IV au lieu chapitre I) pour les patients :

  • déjà traités avec ces médicaments avant le 1er août 2017
  • dont le traitement avec ces médicaments est poursuivi
  • et bénéficiant du remboursement dans le cadre de ce traitement

 

Les patients doivent donc aussi obtenir au préalable une autorisation de remboursement du médecin-conseil de leur mutualité.

 

  • Le prix du Coruno diminue, de même que la part payée par le patient (ticket modérateur).
  • L’assurance soins de santé ne rembourse plus ni Coruno ni Corvaton pour de nouveaux patients.
La demande du remboursement peut dorénavant se faire sur base d’une déclaration du médecin traitant (généraliste ou médecin-spécialiste).

L’Inami a communiqué le 10/8/2017 que :  “La Commission de remboursement des médicaments a entamé une procédure pour supprimer l’obligation de disposer – en tant que médecin généraliste – d’une attestation d’ un médecin-spécialiste, (confirmant que votre patient a déjà été traité avec le médicament avant le 1er août 2017 et qu’il a bénéficié du remboursement dans le cadre de ce traitement).  Cette obligation sera probablement supprimée officiellement au 1er octobre 2017. En attendant, une consultation chez un spécialiste n’est pas obligatoire“.

 

Quelles conséquences pour vous, en tant que pharmacien ?

Désormais, l’assurance soins de santé ne rembourse Coruno et Corvaton que si le médecin-conseil de la mutualité a donné au préalable son autorisation. Depuis le 1er août, vous devez donc vérifier si le patient dispose bien de l’autorisation du médecin-conseil

 

Pour plus d’infos consultez le site-web de l’ INAMI